GHOST IN THE SHELL: LE FILM | Critique Cinéma

Mes attentes étaient élevé pour cette adaptation américaine de Ghost in the Shell. Je me rappel à peine du film animé de 1995 et encore moins du manga original, alors que je consommais tout se qui se retrouvait entre mes mains par rapport à ce que j’appelais « japanimation ». L’influence de ce genre remonte à mon enfance alors que je dévorais les épisodes de Goldorak, Capitaine Flam, Albator, Ulysse 31 et La Bataille des Planètes (La Force G). Suivit par après par les Transformers, Voltron, Mighty Orbots, Robotech (Macross) et plusieurs autres souvenirs des années 80’s. Jusqu’à ce que la testostérone de mon adolescence me fit découvrir les films et séries animé tels que Battle Angel Alita, Appleseed, Bubblegum Crisis, Lupin the IIIrd, Mobile Suit Gundam, Evangelion, Cowboy Beebop, The Guyver, Detonator Orgun, Akira et plusieurs autres.

En toute honnêteté, je suis extrêmement satisfait du film. Scarlett Johansson interprète soigneusement Major Motoko (un être humain rescapé d’un terrible accident, qui est rehaussé par la cybernétique) dans un monde cyberpunk offrant un visuel stupéfiant, dans une histoire originale avec des personnages intrigants, offrants des scènes émotionnelles et saisissantes. Ce n’est certes pas une imitation frénétique des scènes d’action qu’offre The Matrix et encore moins démoralisant que le sombre et ténébreux Blade Runner, mais les comparaisons sont incontournables. Le tout est rehaussé par une trame musicale envoutante, s’accommodant aux images de haute technologie et du spirituel du cyber espace. Le film n’est certes pas parfait et risque fort de se classé comme film que vous adorerez ou que vous détesterez. Tout dépend de vos attentes.

Pour moi, c’est une excellente adaptation du manga, du visuel du film animé, avec quelques changements qui ajoute au personnage principale et aux personnages secondaires. À vrai dire, je me suis gâté en regardant le film animé, tout juste après le visionnement du film. Résultat ? J’apprécies encore plus le film, les changements qui ont été apportés dans l’ordre de présenter l’histoire et rehausse ma nostalgie du genre animé. Bref, donnez-vous la chance de voir ce film au cinéma par vous même. Le visuel, la musique et l’originalité valent à eux seulement, le prix d’entrée. Du même coup, il s’agira d’une pratique pour l’arrivée prochain de Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve. La suite d’un classique qui a été détruit par les critiques 😉

GHOST IN THE SHELL: LE FILM | À l’affiche dès le 31 mars 2017

À une époque située dans un proche avenir, Major (Scarlett Johansson) est la première de son espèce: un être humain rescapé d’un terrible accident, qui est rehaussé par la cybernétique pour en faire l’ultime soldat, entièrement dévoué à arrêter les plus grands criminels du monde. Alors que le terrorisme arrive à un degré tel qu’il devient possible de pirater le cerveau des individus et d’en prendre le contrôle, Major est la seule candidate à qui l’on peut confier la mission. Pendant qu’elle se prépare à faire face à un nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a ment ; que sa vie ne fut pas sauvée, mais qu’on l’a lui avait volé. Rien ne l’arrêtera pour retrouver son passé, démasquer les coupables et les mettre hors d’état de nuire avant qu’ils ne fassent d’autres victimes. Le film est inspiré du Manga japonais “The Ghost in the Shell”, qui a connu un succès planétaire.

Denis Lalumière
About Denis Lalumière 695 Articles
Fondateur du site web Cinémaniax en octobre 2006 et grand fan du divertissement au grand écran. Je trippe cinéma depuis que ma mère ma emmené voir Superman : Le Film et E.T. L'Extra-Terrestre et que mon père ma fait découvrir Aliens, Back to the Future, Beetlejuice et Predator. J'adore les films de super-héros, de science-fiction et surtout… Transformers.

Leave a Reply