[Critique Fantasia] The Satellite Girl And Milk Cow

SatelliteGirlPosterCorée du Sud; Réalisé par Chang Hyung-yun; Fantasia | Douban
19 juillet • 11:40 • Théâtre Concordia Hall

Alors qu’il a le coeur brisé, le jeune Kyung-chun se voit assaillit par un nuage noir qui le transforme en vache à lait. Alors qu’il fait un no. 2 chez lui, le Grand Merlin apparait à sa fenêtre dans un format encore plus étrange que son propre état de vache à lait : le Grand Merlin est un rouleau de papier de toilette. Et bien sûr, notre ami vache à lait s’essuie avec lui. Le Grand Merlin lui présente ensuite KITSAT-1 le premier satellite coréen qui a pris la forme d’une fille-robot aux pouvoir ressemblant beaucoup à ceux d’Astro. Merlin demande à Kyung-chun de l’aider à vaincre le monstre Incinerator, en échange de quoi il saurait l’aider à retrouver sa forme humaine.

Verdict

The Satellite Girl and Milk Cow est surprenant. Son histoire comporte beaucoup d’éléments « WTF?! » et sans dire qu’elle n’a pas de sens, elle a du moins une rationalité qui lui est propre ce qui permet au film d’avoir une bonne cohésion malgré tout. Les héros de cette histoire n’ont pas une quête bien précise. Un vilain tente de siphonner le foie de Kyung-chun, c’est sa quête à lui, mais Kyung-chun déprime son état de vache, KITSAT-1 observe Kyung-chun car elle aime une de ses chansons, et Merlin est plutôt inutile.

Néanmoins, malgré l’absence flagrante d’aventure, les interactions entre les personnages sont intéressantes, incroyablement mignonnes et par moment nous font pouffer de rire par certaines scènes absurdes ou tout simplement awkward. Par exemple cette scène ou KITSAT-1 trait le lait de Kuyng-chun dans le but de vendre son lait, et la face étrange de Kuyng-chun pendant qu’il se fait traire, comme s’il se sentait coupable d’y prendre un certain plaisir…

Le style de l’animation n’est pas sans rappeler Miyazaki (Ponyo; Spirited Away). L’ensemble est définitivement agréable à regarder, la salle à Fantasia était presque pleine et la foule, par ses réactions, a également semblé beaucoup apprécier le moment. Dans toute sa simplicité et dans toute son irrationalité, le film a une naïve et inhabituelle créativité totalement charmante.

Conclusion

The Satellite Girl and Milk Cow est une douce folie divertissante, très drôle et incroyablement cute. En espérant qu’il sorte un jour sur Netflix, j’aimerais le revoir.

Laissez vos commentaires ci-dessous