[Entrevues] Alex Lifeson pour RUSH: Beyond The Lighted Stage

btls-cover-sMerci à Alex Lifeson, guitariste et membre fondateur du groupe RUSH et aux personnes responsables d’Alliance Vivafilm pour cette entrevue afin de promouvoir la sortie du film RUSH: Beyond The Lighted Stage. Longue vie à RUSH et à son public planétaire.

D’une durée de 1h47, le documentaire musical RUSH: Beyond The Lighted Stage avec Geddy Lee, Neil Peart et Alex Lifeson sera en sale à partir du 10 juin 2010. Le synopsis du film réalisé par Sam Dunn et Scot McFadyen passe en revue les 40 années de performance du mythique groupe rock canadien.

Merci également à Guy Caumartin de LeFrelonVert.Com et à Stéphane Colbert de MagicolMedia.Com sur un travail professionnel pour le compte de Cinemaniax.Net.

[powerpress url= »http://lalumierehebert.com/podcasts/rush_beyondthelightedstage.mp3″]

ENTREVUE AVEC ALEX LIFESON :

Guy Caumartin : Vous semblez être à l’aise face à la camera. Expliqué-nous l’esprit d’équipe lors du tournage du film documentaire RUSH: Beyond TheLighted Stage?

Alex Lifeson : Geddy Lee et moi somment des amis de longue date. Nous adorons être ensembles. Nous partageons une relation professionnel depuis belle lurette et habitons tout prêts l’un de l’autre avec le plaisir et la compagnie que cela nous amène.

Stéphane Colbert : Comment décriveriez-vous la complicité de votre groupe avec celle de l’équipe responsable du film?

Alex Lifeson : Outre le fait de n’être que le sujet principal, nous étions ouverts aux entrevues requises et accès aux archives du groupe. Le résultat du projet repose entièrement sur les épaules des réalisateurs Sam Dunn & Scot McFadyen. Un duo facile à travailler de par leurs présences quasi invisibles lorsqu’ils nous accompagnaient en tournée.

Guy Caumartin : Moi-même guitariste et passionné de guitares, quelle serait l’élue ou la meilleure que vous ayez joué sur scène?

Alex Lifeson : La Gibson ES-355 que j’adore me vient immédiatement à l’esprit.

Guy Caumartin : Le groupe n’a t’-il jamais songé à enregistrer une trame sonore pour un film quelconque? (exemples : TOTO pour DUNE ou QUEENS pour HIGHLANDER).

Alex Lifeson : Quelques pièces du groupe se retrouvent sur différentes productions mais d’écrire spécifiquement pour un studio de cinéma serait certainement plaisant. Ne restent plus qu’à recevoir une offre pour un film approprié.

Guy Caumartin : D’où vient le nom du groupe; RUSH?

Alex Lifeson : La suggestion viendrait du frère du batteur (drummer) original, John Rutsey.

Guy Caumartin : Ne pas avoir croisé le chemin avec Geddy Lee vous aurait amené vers?

Alex Lifeson : Geddy fait parti de ma vie depuis 42 ans. Il m’est difficile de me l’imaginer autrement.

Guy Caumartin : L’album ‘’Moving Pictures’’ incluant la pièce ‘’Tom Sawyer’’ est mon préféré. Quel serait le votre et ce qui en fait de quoi de spécial à vos yeux?

Alex Lifeson : Chacun de nos albums renferment quelques choses de particuliers. Je ne pourrais dire lesquels se démarquent le plus. Il y a pour n’importe quels de ces albums, un ou deux titres que j’affectionne énormément. C’est de me demander de choisir entre l’un ou l’autre de mes enfants.

Stéphane Colbert : Laquelle de vos pièces ou album représente l’apogée d’une réussite et de fierté du travail accomplie?

Alex Lifeson : Nous étions jeunes et plein d’énergie pour l’album 2112, qui fut notre premier à atteindre le statut de disque platine au Canada. Il est l’un des projets dont nous soyons très, très fiers à ce jour.

Guy Caumartin : J’aime le cinéma et la musique. Je joue de la guitare grâce à vous et adore cuisiner. Que consommer-vous afin de garder votre énergie soir après soir?

Alex Lifeson : Un peu de tous mais depuis maintenant près de huit ans, nous avons un chef constamment avec nous en tournée et il nous prépare des repas naturels de type organiques. Nous portons de plus en plus attentions aux aliments nutritifs afin de garder la forme.

Stéphane Colbert : Les gens comprennent l’importance d’un régime santé afin d’endurer et de soutenir les épreuves d’une tournée.

Alex Lifeson : Effectivement. Lorsque vous êtes jeunes, vous êtes invincibles mais le temps fait son travail et nous réalisons avec l’expérience qu’une tournée de cinq à huit ou neuf mois représente un déclin d’énergie progressif qu’ils nous faut combattre avec une bonne nutrition, un entrainement soutenu, des parties de golf et de tennis.

Guy Caumartin : Des projets personnels à l’extérieur de RUSH?

Alex Lifeson : Un peut d’écriture et de petits projets avec d’autres groupes.

Guy Caumartin : Après mon visionnement du DVD pour votre 30e anniversaire, il m’est apparu évident que votre complicité ne dément pas. Cette énergie parviens-t-elle à se renouveler soir après soir?

Alex Lifeson : Bien sur. Être sur la scène est naturel pour nous. Le rire et la plaisir de se retrouver ensemble devant nos fans devient seconde nature et se reflète sur le spectacle.

Guy Caumartin : Votre carrière dépasse-t-elle l’espérance même de votre conception originale en tant que musicien?

Alex Lifeson : Au-delà de mes rêves. Petit garçon de banlieue que j’étais et qui ne rêvait que de jouer de la musique… me voici 40 ans plus tard, toujours en train de m’amuser à faire ce qu’il me plait. J’accepte mon destin et en apprécie chaque secondes.

Stéphane Colbert : Quel est votre motivation afin de continuer dans ce métier?

Alex Lifeson : Le sentiment de ne pas avoir encore écrit notre meilleure chanson. Le processus de création d’album en album. De produire le show parfait pour nos fans. La musique, nos vies personnelles et nos familles.

Guy Caumartin : Un spectacle dans la ville de Québec en juillet 2010. À quand votre retour à Montréal, au Centre Bell?

Alex Lifeson : La tournée 2010 ne comporte malheureusement qu’une quarantaine de spectacle avec comme résultat, quelques villes absente de la liste normalement visités qui seront ajoutés dès l’an prochain, après la sortie de notre nouvel album au printemps 2011.

btls-cover-s

Denis Lalumière
About Denis Lalumière 693 Articles
Fondateur du site web Cinémaniax en octobre 2006 et grand fan du divertissement au grand écran. Je trippe cinéma depuis que ma mère ma emmené voir Superman : Le Film et E.T. L'Extra-Terrestre et que mon père ma fait découvrir Aliens, Back to the Future, Beetlejuice et Predator. J'adore les films de super-héros, de science-fiction et surtout… Transformers.